Accéder aux autres sites de l'Université :
circulation réduite

à  voir également

Pas d'article dans la liste.

Initiatives culturelles, Conférence

Roms et riverains. Une politique municipale de la race


Vendredi 21 mars à 18h - Entrée libre

Conférence-débat autour de la sortie de l'ouvrage de Éric Fassin, Carine Fouteau, Aurélie Windels et Serge Guichard « Roms et riverains. Une politique municipale de la race » (Éditions La Fabrique. Février 2014)

Par L'axe Ancrages et dynamiques comparés du politique du laboratoire CLERSE (CNRS/Université Lille 1) et le Collectif Solidarité Roms Lille métropole

En présence de deux des auteurs, Eric Fassin et Aurélie Windels

Discutante : Judith Hayem, Anthropologue au Clersé

Le mot de l’éditeur : 

L'argument est le suivant : ce qui se passe autour des Roms n'est pas l'éternel retour d'une haine du nomade (les Roms bougent surtout parce qu'ils sont chassés.), ce n'est pas identique à ce qui se passe autour des immigrés extra-européens (précisément parce qu'ils sont européens), ce n'est pas non plus la simple répétition de ce qu'on a connu sous Sarkozy (et si c'est pire, c'est que les mesures transitoires touchent à leur fin). Il s'agit ici de race - et non pas simplement de racisme. En effet, parce que les Roms sont (quasi) européens, ils ne peuvent (plus) faire l'objet de discriminations légales. Pour autant, il n'est pas question de les intégrer. En pratique, se met en place aujourd'hui ce qu'on peut appeler « auto-expulsion : on rend la vie impossible aux Roms pour les dissuader de rester ou de venir. Pour justifier la discrimination, il faut supposer, a priori ou a posteriori, une différence radicale - qui seule autorise ce traitement inhumain. C'est en cela qu'il faut bien parler de race. Il n'est donc pas étonnant qu'on retrouve un discours sur la « culture » qui est la forme moderne de la « race » : les Roms sont de nature différente (« ils n'ont pas vocation à rester en France », « ils ont vocation à rentrer dans leur pays » - Manuel Valls). Ce qui est frappant, c'est qu'on ne trouve pas ici de justifications « démocratiques », comme c'est le cas pour l'immigration et l'islam (au nom de l'égalité entre les sexes, ou de la laïcité, ou encore parce qu'à la différence de « nous », « eux » seraient homophobes ou antisémites, autrement dit, antidémocratiques). Le racisme à l'encontre des Roms n'a pas à être justifié : La différence radicale s'impose comme une évidence. Comment fonder une politique de la race, que les principes de la France et de l'Europe interdisent ? En la dépolitisant. La dépolitisation passe par un double déplacement : d'une part, un transfert de l'État aux autorités locales - une municipalisation ; la politique d'État se donne ainsi comme une simple réponse à la demande locale ; d'autre part, en même temps, les autorités municipales revendiquent pareillement de ne pas faire de politique - elles s'abritent derrière une demande populaire : les riverains. Il importe ici d'éviter toute équivoque : il ne s'agit pas de valider ce populisme, mais de montrer comment il s'autorise du peuple. Le riverain n'est pas une catégorie sociologique. C'est une catégorie produite politiquement. Toutefois, elle peut devenir réelle : le riverain, avec l'aide des autorités locales, peut mener des pogroms. Reste une question : si le racisme n'est pas la cause, mais l'effet de la politique (autrement dit, si l'on inverse la logique du populisme), pourquoi nos politiques, en particulier de gauche aujourd'hui, réinventent-ils la race - alors même qu'ils se veulent antiracistes ? L'hypothèse (banale mais fondée), c'est que le racisme d'Etat (ou sa version municipalisée) est l'envers logique, voire nécessaire, du ralliement de la gauche aux politiques néolibérales.




Université de Lille

Espace Culture, Université de Lille

Cité Scientifique 59655 Villeneuve d'Ascq Cedex

Tél. +33 (0) 3.20.43.69.09

Mentions légales | Plan du site | Webmestre