Accéder aux autres sites de l'Université :
circulation réduite
Attraction © Maël Nozahic

Résidence ARTU :
http://artucomue.tumblr.com

Travail de l’artiste :
https://maelnozahic.com

Contact : axelle.doual(at)cue-lnf.fr

Expositions de Maël Nozahic

Résidence Artiste Rencontre Territoire Universitaire

Organisée par le service culture de la ComUE Lille Nord de France et soutenue par la DRAC, cette résidence permet chaque année à un artiste invité d’approfondir son travail tout en plaçant les étudiants et la communauté universitaire au cœur du processus de création.

Attraction
Du 18 janvier au 23 février 2017

Vernissage le 18 janvier à 18h30
Finissage déambulatoire le 22 février à partir de 12h30

Espace Culture | Entrée libre 

Le Fléau
Du 30 janvier au 23 février 2017

LILLIAD | Entrée libre 

Attraction - Espace Culture

Du 18 janvier au 23 février
Horaires
: du lundi au jeudi de 9h30 à 18h et le vendredi de 9h30 à 13h45

Maël Nozahic s’empare des décors abandonnés pour générer des scènes hallucinatoires où la figure humaine peine à trouver sa place.

Au cœur d’un bois est-allemand, Maël Nozahic découvre un parc d’attraction abandonné. Les manèges de Spreepark sont immobiles, les décors artificiels ont basculé au sol. Par dessus leurs carcasses de bois et de résine, la nature reprend peu à peu ses droits…

Fascinée par les décors désincarnés, l’artiste photographie le paysage et décide de le transposer sur la toile pour le pénétrer et l’habiter. 

À l’inertie du réel, elle convoque un imaginaire où lyrisme et surréalisme dialoguent. Plongés dans la nuit et la forêt, les manèges sont réanimés par la présence d’animaux fantastiques.

Avec les chevaux de bois figés dans le temps et dans l’espace, ils entament une course folle contre la mort. À travers les ranchs, autour des manèges, ils forment un cercle et chevauchent une boucle infinie, survivante et absurde. Leurs corps sont nimbés d’une lueur captivante, quasi chamanique. Leurs pelages sont teintés de couleurs électriques et irradiantes. 

Extrait de Julie Crenn (2014), critique d'art.

Le Fléau - LILLIAD

Du 30 janvier au 23 février
Horaires
: du lundi au vendredi de 8h à 20h et le samedi de 9h à 13h

« La hyène est une des figures principales de mon « bestiaire » avec le loup, le cheval ou encore le singe. Cet animal m’intéresse pour ce qu’il symbolise aux yeux de l’homme. Dans la civilisation judéo-chrétienne, c’est un animal laid et diabolique qui a la réputation de changer de sexe à volonté. Son « rire » imite à s’y méprendre la voix de l’homme et symbolise donc l’hypocrisie, la malice mais aussi la mort. D’anciennes légendes africaines attribuent la forme déprimée de son arrière-train au fait qu’il sert de fauteuil aux sorcières… La hyène est aussi un des rares animaux à pouvoir manger et digérer la peau et les os de ses proies, faisant d’elle l’incarnation de la dévastation qui ne laisse plus rien après son passage. « Le Fléau » avec sa meute de hyènes dorées en furie sonne donc comme un avertissement dans une époque où médias et scientifiques nous mettent quotidiennement en garde contre le détraquement climatique, la déforestation ou encore la montée des eaux, provoqués de près ou de loin par l’activité humaine. Mon travail traite de cette angoisse actuelle de l’homme face à son devenir et celle de sa planète en la rapprochant des mythes antiques et des prophéties apocalyptiques ».

Maël NOZAHIC 

Université de Lille – sciences et technologies

Espace Culture, Université de Lille – sciences et technologies

Cité Scientifique 59655 Villeneuve d'Ascq Cedex

Tél. +33 (0) 3.20.43.69.09

Mentions légales | Plan du site | Webmestre